La police chinoise et les nouvelles technologies

La Chine est une puissance économique établie qui ne cache pas son ambition d’être tout aussi imposante sur le plan militaire. Le ministère des finances chinois, a d’ailleurs annoncé que les dépenses militaires du pays devraient dépasser les 95 milliards d’euros en 2014, soit une augmentation de 12,2 % son budget militaire. Un budget sans cesse revu à la hausse puisqu’il avait déjà augmenté de 11,2 % en 2012, puis de 10,7 % en 2013. Ce gonflement du budget a permis à la police chinoise d’améliorer ses équipements.

Jeux Olympiques

Ce sont les Jeux Olympiques de Pékin qui avaient marqué l’accélération dans les dépenses en équipement du ministère de la défense chinois en 2008. Pour ces deux semaines de compétition le gouvernement avait déboursé 26 milliards d’euros et mobilisé plus de 100 000 militaires et policiers. 70 000 personnes s’étaient également portées volontaires pour assister athlètes et spectateurs, tandis que 300 000 autres avaient veillé à la sécurité dans les rues de Pékin.

La capitale était donc sous haute surveillance à cette période. L’occasion pour les policiers chinois de voir leur équipement monter en gamme tout comme leurs responsabilités de protection envers les athlètes et le public.

segway police2

La police des villes où les épreuves se déroulaient avait été équipée d’une centaine de « Segway » pour lutter contre les possibles attaques terroristes.

police-chinoise segway

Ces engins  peuvent aller jusqu’à près de 20 Km/h, et permettent également aux forces spéciales ci-dessus d’avoir les mains libres, de quoi neutraliser rapidement toute menace.

La Province aussi a sa technologie

La ville de Chongqing était même en avance sur l’innovation technologique relative aux Jeux Olympiques. En effet  les autorités locales ont choisi d’équiper leurs policiers avec des caméras fixées sur leurs casquettes dès 2007.

#ÖØÇìÃñ¾¯Í·´÷µç×ÓÑÛѲ½Ö

police-chine-camera

En 2008, les policiers de Zhengzhou, capitale de la province Henan, se sont vus attribuer un équipement digne du célèbre robot-flic américain Robocop… Certains officiers se sont en effet vus attribuer une armure pour le bras équipée d’un filet. Cet impressionnant dispositif sert principalement à la capture de chiens dangereux. La police du Henan a en plus de cela obtenu le droit de porter ses armes à feu même en dehors de leurs heures de service, afin d’assurer une protection maximale de la ville.

robocop-chinois

La ville de Changping, au nord de Pékin a été plus loin dans la tendance policier-robot en introduisant de vrais robots dans leur système de sécurité.  Ces robots  mesurent plus de 2 mètres et  possèdent trois caméras sur la tête et une sur la poitrine. Un bouton d’appel des forces de l’ordre  avec micro intégré est également disponible au niveau de leur nombril.

police-robot-china

Un bon moyen pour les citoyens de Changping de transmettre au commissariat une vidéo expliquant la situation et même la vidéo d’un incident. Un bon moyen d’aider les officiers à assurer la sécurité, même dans les zones de la ville les plus difficiles à surveiller.

Cette année la ville de Shijiazhuang dans le Hebei, a innové dans l’équipement de ses policiers. Pour une fois il ne s’agissait cependant pas d’une innovation servant le niveau d’armement mais plutôt la santé des officiers. La ville a en effet en accepté l’offre d’une entreprise locale d’offrir des « purificateurs d’air nasal » de haute technologie à ses agents chargés de la sécurité à l’extérieur. Un bon compromis entre une formidable publicité gratuite pour l’entreprise en question et l’amélioration des conditions de travail des agents de la ville grâce à de la technologie de pointe en la matière.

masque chinois policier2

L’équipement ultra technologique de la police chinoise marque une sécurité accrue pour les citoyens.  Cependant le fait que la Chine accorde de plus en plus d’importance à son budget militaire inquiète aussi ses voisins asiatiques et la communauté internationale avec qui les relations sont parfois tendues. On pense notamment au Japon qui connaît de fréquents rapports de force avec la Chine. Lors de sa visite en février dernier le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, avait demandé à avoir plus de  transparence  de la part de la Chine concernant ses dépenses en matière de défense.

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *